vendredi, 4 décembre 2020|

2 visiteurs en ce moment

 

« L’essentiel des impôts et des cotisations sociales ne sert qu’à financer le chômage des oisifs et des profiteurs, souvent des étrangers qui ne font aucun effort pour avoir du travail. »

Date de publication :
Mots clés :
  • Pierre Yves Bulteau

  • Les travailleurs non qualifiés comptent parmi les plus touchés par le chômage et la précarité. Cela concerne une grande majorité des travailleurs étrangers, dont plus du tiers est employé sous contrats temporaires. On retrouve ce taux à l’échelle européenne où la fréquence de la précarité de ces derniers est environ cinq fois supérieure à celle de l’ensemble de la population occupant un emploi. Mais, à qualification égale, les étrangers ne sont pas plus au chômage que les Français.

    Quant au vocabulaire choisi par l’extrême droite pour les qualifier, il est non seulement injurieux mais totalement faux. Alors oisifs, les étrangers ? Comme tous les travailleurs, ils ne ménagent par leur peine, on le constate sur les chantiers, dans les arrière-salles, de l’hôtellerie, dans le nettoiement ou l’agro-alimentaire... Comme les Les étrangers ne sont pas différents des Français, ils souhaitent pouvoir vivre dignement de leur travail. Chose impossible pour les demandeurs d’asile, qui,
    rappelons-le, n’ont pas le droit de travailler, et compliquée pour les autres étant donné la complexité de la loi en matière de régularisation au titre du travail.Quant aux prestations sociales, ATD Quart-Monde a récemment démontré qu’une large partie des personnes éligibles à ces différents types d’aides – qu’elles soient Françaises ou étrangères – n’en faisaient tout simplement pas la demande. Souvent du fait de leur difficulté à entreprendre ces démarches ou du simple manque d’information sur la manière de les obtenir. Ce phénomène a un nom : il s’agit du non-recours.

    Chaque année, il fait « économiser » 11 milliards d’euros à l’État, dont 5,3 milliards pour le RSA et 4,7 milliards pour les prestations familiales et de logement.


    Les 73 affirmations relatées et contrecarrées dans ce livre ressortent de conversations quotidiennes, trouvent de l’écho chez les salariés, les jeunes et les milieux populaires.
    Dans une France et une Europe traversées par une crise sociale et économique aigüe, l’extrême droite et son parti en France, le Front national, sont de plus en plus compris comme un parti de protestation contre l’iniquité social qui serait capable de réaliser une partie des promesses non tenues par les gouvernements successifs. De plus en plus de citoyens s’interrogent sur ces propositions, certains reprennent, souvent sans le savoir, des idées fausses. D’autres se demandent comment défendre au mieux les valeurs de la République.
    Aujourd’hui, pour faire reculer l’extrême droite, il ne suffit plus de dénoncer ses dérives antirépublicaines, de combattre un clan et un parti politique, tout comme de s’en tenir à la posture de l’antifascisme.
    Il faut s’atteler à combattre les idées fausses qui contaminent insidieusement nos discours, en les contrecarrant une à une.


    Extraits de l’argumentaire du livre "En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite" de Pierre-Yves BULTEAU


    Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

     
    A propos de Le blog de Guillaume
    Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
    En savoir plus »
    Fils de nouvelles RSS