dimanche, 27 septembre 2020|

2 visiteurs en ce moment

 

Ce matin, elles n’étaient pas là...

Date de publication :
Mots clés :

Ce matin, comme tous les matins où je ne suis pas en déplacement, j’ai garé la moto au coin de la rue...
Ce matin, comme tous les matins, j’ai poussé cette lourde grille en métal qui protège la vitrine...
Ce matin, comme tous les matins, j’ai tourné 2 fois la clé dans la serrure de la lourde porte d’entrée des locaux de Ressources Solidaires...
Ce matin, comme tous les matins, j’ai posé mon repas dans la cuisine et posé mon blouson sur le dossier de ma chaise...
Ce matin, comme tous les matins, j’ai allumé mon ordinateur et commencé à travailler...

Mais pas comme tous les matins, personne n’est arrivé à 09h00 en me disant bonjour, demandant comment cela allait. Personne n’a franchi la porte avec le sourire de la personne contente de travailler ici. Parce que malgré le salaire de misère et la précarité économique, nous sommes contents d’y travailler.

Pardon, nous étions contents... Hier soir était le dernier soir de mes deux collègues au sein de l’association que je porte depuis 10 ans (dans un mois).
J’ai procédé au licenciement économique de Clémentine et Eléonore. Pas d’autres raisons que l’absence d’argent dans les caisses... Juste de quoi me faire vivoter pendant 2 ou 3 mois en attendant la renouvellement de signature de conventions qui tardent, qui tardent, qui tardent...
Je le disais précédement, j’ai du réduire l’équipe pour sauvegarder l’activité. Pour combien de temps ? Tout seul ? Je n’ai jamais été tout seul pour cette association. Ou plutôt si, 1 an, au tout début... Quand on avait aucune reconnaissance et que l’activité était 100 fois moindre...

Ce matin, comme tous les matins, j’ai fait ce que je devais faire sur mon ordinateur... Des articles, des offres d’emploi, des dates, des mails... Mais avec la boule dans le gosier... Où plutôt plusieurs boules :
- Celui du collègue qui n’a pas pu apporter les finances permettant de maintenir les salaires.
- Celui qui a lancé les procédures du couperet du licenciement. Même si j’ai tenté de les faire dans les meilleures conditions possibles, le résultat est que deux personnes sont à Pôle Emploi ce matin
- Celui qui se demande comment il va gérer une activité géré par 3 temps plein, tout seul
- Celui qui en veut à l’économie sociale et solidaire et à la politique

Et après ?

L’objectif est maintenant clair : aller chercher avec les dents du financement pour que d’ici la fin de l’année, je puisse ré embaucher Eléonore, voire aussi Clémentine (Pour elle, je crains que cela ne soit trop difficile).

Ce qui me fait enrager, c’est que les pionniers que nous avons été depuis 10 ans, mangeant notre pain noir de smicards précaires de l’économie sociale et solidaire, côtoyant la bourgeoisie du secteur [1], se retrouvent dans cette situation paradoxalement parce qu’un Ministère de l’ESS a été mis en place et qu’il fait ce qui manquait à l’ESS depuis longtemps. Mais pas avec nous, faisant fi du travail (et des gens) réalisé depuis des années, pendant que tout le monde se fichait des chercheurs d’emploi dans le secteur. Et balayant la notoriété réelle acquise par l’expertise du marché. Ressources Solidaires est le référent sur la connaissance de l’emploi, et cette expertise s’est faire par l’équation du pain noir [2] et du travail de fourmis réalisé [3] par les équipes successives (Stagiaires et salariés).
Il n’y a pas une semaine où un journaliste ne nous interroge pas, il n’y a pas une journée où un chercheur d’emploi ne nous contacte pas pour nous dire "Pôle Emploi ne me comprends pas, écoutez moi et donnez moi des conseils"...

J’ai mal au ventre, à la tête, à la gorge... J’ai chialé comme une madeleine hier soir, les larmes sont encore juste derrière les yeux quand j’y pense.

Quel gâchis !


Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

[1Ce qui ne veut pas dire des organismes et personnes de grandes qualités et sincérités

[2le côté militant

[3le côté professionnel


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Le blog de Guillaume
Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
En savoir plus »