mardi, 27 octobre 2020|

5 visiteurs en ce moment

 

Un foulard, et hop, c’est le bordel !


J’ai toujours eu dans un coin de ma tête deux ou trois neurones en veille sur le sujet du foulard et des objets ostentatoires.
Surtout qu’on fait preuve, je trouve, d’une grande hypocrisie, ou d’une plus grande tolérance c’est selon, avec certaines communautés et moins avec d’autres. Quel parisien n’a jamais vu un groupe de juifs orthodoxes portant les attributs vestimentaires traditionnels dans le métro ou le bus ou dans la rue ? Que je sache, je n’ai jamais entendu parler de contrôle policier pour savoir si leurs femmes étaient libres et l’égal de leur mari ? Passons, le sujet est suffisamment délicat pour ne pas continuer.

Qu’on soit clair, religieux ou non, catho, juif ou musulman, même enseigne, égalité des sexes, des droits et obligations !

Donc, revenons sur ce fait divers... Comme je le disais, je me suis toujours interrogé sur cette loi sur le port du voile qui avait fait grand bruit à l’époque, et continue de faire couler de l’encre régulièrement.

Là, c’est l’histoire d’un enseignant de l’université Paris 13 Villetaneuse qui a réagi au port du voile d’une étudiante pendant son cours. Il s’en est ému devant les étudiants et devant l’administration de l’université. Son argument est plein de bon sens ...

« Il nous a dit qu’il avait grandi à Sarcelles, il a fait l’éloge du multiculturalisme mais il a aussi dit qu’il ne supportait pas l’affichage de signes religieux et qu’il ne s’attendait pas, après Charlie, à devoir faire cours devant une étudiante voilée »

Aurait il déclaré, selon l’un des étudiants interrogés. Il est vrai que le contexte est particulier avec Charlie, mais en soi, je ne vois pas non plus pourquoi les musulmans devraient faire "plus" pour être discrets... Le penser induit que les barbares qui ont tué seraient identiques aux musulmans dont l’immense majorité a condamné sans ambiguïté les événements. Et penser que cette étudiante voilée pourrait soutenir la cause que ces ahuris ont cru glorifier par le simple fait de porte un voile ?!

Dans son courrier à l’administration pour expliquer sa position, l’enseignant explique son point de vue :

« Si sa liberté à elle est de porter le voile en tout lieu, la mienne est de refuser, dans mon pays, au regard de notre histoire et de notre culture, de donner un cours face à un visage voilé. »

L’administration n’a pas forcément tenu compte de cette vision et l’a remplacé. Le président de Paris 13, Jean-Loup Salzmann, a indiqué à l’AFP que « le port du voile est autorisé à l’université, si un enseignant, a fortiori un avocat qui connaît le droit, s’autorise à faire de la discrimination, la première chose à faire c’est de le suspendre ».

Ce fait divers m’interpelle. En préalable, il faut appliquer la loi. Si le Président applique la loi, on peut discuter la pertinence de la loi, mais les représentants du peuple l’ont voté, elle doit s’appliquer.
Ensuite ? Moi aussi, j’appréhende le jour où j’aurais une étudiante voilée dans un de mes cours. Mes convictions laïques contre sa position religieuse qu’elle m’impose par son foulard. Alors que si elle ne le portait pas, je ne saurais même pas si elle est croyante, athée, musulman, bouddhiste ou juive.

N’est ce pas cela la laïcité ? Le fait qu’on ne puisse pas discriminer quelqu’un par ses idées religieuses dans l’espace public ?


Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Le blog de Guillaume
Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
En savoir plus »