mardi, 20 octobre 2020|

2 visiteurs en ce moment

 

Tuer au nom d’un badge ? Tués au nom d’un badge ?


Un large mouvement se lève pour dénoncer les violences policières récurrentes contre les Afro-Américains. Il fait suite à la mort de Philando Castile dans le Minnesota mercredi et d’Alton Sterling en Louisiane. De New York à Los Angeles en passant par Washington et Chicago, de nombreuses personnes s’étaient rassemblées sous le slogan « Black Lives Matter » (Qu’on pourrait traduire par "les vies des noires sont importantes aussi"), qui dénonce les meurtres racistes et l’impunité de leurs auteurs.
A Dallas, des policiers ont été abattus, l’enquête est en cours. C’est tragique. Des deux côtés, des hommes sont morts alors qu’ils n’avaient quasiment aucun moyen de se défendre. Même si certains savaient qu’en faisant ce métier, ils prenaient des risques.

Ces événements, récurrents aux USA qui n’arrivent pas à renier son passé ségrégationniste malgré un Président élu noir, me font penser à chaque fois à la chanson de "Rage against the machine" : "Killing in the name". Sortie en 1992 sur l’album "Rage Against The Machine", elle dénonce la collusion entre les forces de l’ordre et le Klan (Ku Klux Klan). C’est la chanson qui fera sortir le groupe de l’ombre et est probablement celle que tout le monde connait du groupe !

Les paroles :
Some of those that were forces are the same that bore crosses
Huh
Killing in the name of
And now you do what they taught ya
But now you do what they taught ya
Well now you do what they taught ya
Those who died are justified, for wearing the badge,
they’re the chosen whites
You justify those that died by wearing the badge,
they’re the chosen whites
Some of those that were forces are the same that bore crosses
Killing in the name of
And now you do what they taught ya
And now you do what they taught ya, now you’re under control
And now you do what they taught ya
Those who died are justified, for wearing the badge,
They’re the chosen whites
You justify those that died by wearing the badge,
They’re the chosen whites
Come on
Fuck you, I won’t do what you tell me
Motherfucker

Les anglophiles auront compris que les paroles ne sont pas que pure poésie. Le clip sera censuré aux USA, les paroles sont en effet assez explicites.

Extraits !

Some of those that were forces are the same that burn crosses

Certains de ceux qui composent les forces sont les mêmes qui brûlent les croix

Now you do what they told ya

Maintenant vous faites ce qu’ils vous ont dit de faire

Those who died are justified, for wearing the badge, and they’re the chosen whites

Ceux qui sont morts sont justifiés, car ils portent l’insigne et étaient les élus Blancs

Les démons de l’Amérique blanche et armées ne sont peut être pas si éloignés que cela...


Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Le blog de Guillaume
Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
En savoir plus »