mercredi, 12 mai 2021|

7 visiteurs en ce moment

 

Quitter Android OS pour un OS libre : check !


  1

Depuis plusieurs années / mois, je quitte les grands acteurs du web. J’avais déjà écrit comment j’avais quitté les services classiques de Google, il me restait un élément assez central de ma vie quotidienne, mon smartphone.

Je suivais donc depuis quelques temps Firefox OS, l’alternative libre de la Fondation Mozilla, mais il y a quelques semaines, elle a annoncé qu’elle laissait tomber le développement de l’OS mobile [1] pour se recentrer sur le navigateur Firefox. Ok.
Il y a également quelques versions d’Android débarassées du lien avec Google dans les aspects flicage et surveillance à l"insu de votre plein gré. Mais bon...

Et je me suis donc mis à suivre le développement de Ubuntu touch, version OS mobile de Canonical, le porteur d’Ubuntu.
La situation est simple : plus l’OS est connu, plus il y a d’applications dans le market.
Et inversement. Donc, plus je voulais être libre côté OS, moins il fallait que je sois exigeant côté applications.

Cela permet de poser la question du besoin réel. De quoi ai je réellement besoin sur mon téléphone ? Agenda et contacts gérés en caldav/carddav, quelques réseaux sociaux comme diaspora* ou twitter, un gestionnaire de fichiers, un visualisateur de documents et bien entendu, un navigateur et un gestionnaire de mails.
Or, tout cela est fourni par Ubuntu phone de base... Le reste, c’est de la poésie à trouver en farfouillant dans le market qui comporte plusieurs milliers d’applications plus ou moins indispensables.

Et faisant ma veille, j’ai vu qu’il allait sortir un Meizu Pro 5 sous ubuntu en avril 2016. J’ai suivi son arrivée. Et je l’ai pré commandé !

La partie technique ne change pas. Le Pro 5, dans ce nouvel habit logiciel, s’équipe donc d’un écran AMOLED de 5,7 pouces (Full HD) protégé par du Gorilla Glass 3, d’un processeur Exynos 7420 couplé à 3 Go de mémoire vive, une mémoire interne de 32 Go, un capteur photo dorsal de 21,6 mégapixels, et une caméra frontale de 5 mégapixels. Le tout dans un corps de 156,7 x 78 x 7,5 mm et pour un poids de 168 grammes. Ce qui en fait un haut de gamme et le haut de gamme de Ubuntu phone.
Sur le plan de l’utilisation, la vidéo ci dessous devrait vous permettre de comprendre qu’on ne perd pas trop tous ses repères !

Maintenant, reste à l’attendre... Il est pré acheté sur l’unique site mondial qui le vendait quand même 200 euros de moins que la même version avec Android [2].

Oui, je vais laisser tomber la majorité de mes applications actuelles, oui, j’ai encore un OS à réapprivoiser. Mais c’est l’étape ultime de ma dégooglisation ! Et demain, si je change la tablette, je passerai aussi sur Ubuntu Phone car l’objectif de Canonical est, ce qu’ils appellent la convergence, c’est à dire l’utilisation sur différents supports du même OS.

A suivre !


Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

[1Et au passage, Thunderbird aussi !

[2Où va la différence ?


1 Message

  • J’ai ressorti le Nexus 4 de mon test pour le mettre à jour en OTA-10.1.

    Pour l’aspect Owncloud ça fonctionne toujours, la procédure pour configurer la synchronisation est toujours geekesque, en ligne de commande, mais on ne le fait qu’une fois. J’espère que tu nous feras un retour sur une utilisation quotidienne après quelques semaines :-)

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Le blog de Guillaume
Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
En savoir plus »