lundi, 8 mars 2021|

4 visiteurs en ce moment

 

Qui a touché l’équivalent de 6000 SMIC en 2009 ? Un patron très social... Franck Riboud, PDG du groupe Danone, porte étendard de l’entrepreneuriat social !


  2

Il y a des chiffres qui donnent le tournis à ceux qui les lisent. En voici quelques uns...

Le PDG du groupe français Danone, Franck Riboud, s’est vu attribuer une rémunération de près de 6 millions d’euros en 2009, dont près de 1,6 million en stocks-options, selon un document déposé auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

De la discussion que j’ai eu avec quelques uns sur Facebook, voici ce que cela représente...

6000 mois de SMIC (Environ), soit quand même 500 ans de salaire, soit environ, selon l’âge moyen de décès des ouvriers (Risque 2,5 fois supérieur à un cadre), presque l’ensemble des salaires SMIC de toute la vie de 9 ouvriers (Commençant à 15 ans, mourant à 73).

Pourtant, Monsieur Riboud est élevé en personnalité de l’entrepreneuriat social, tel que certains "maîtres à penser" [1] du secteur le définissent :

Pour Thierry Sibieude, directeur de l’IIES, l’entreprise sociale doit permettre de retrouver l’esprit de l’économie sociale (tourné vers le progrès de la société), avec l’ambition de l’ouvrir au Social Business. D’après Anne-Claire Pache, du même IIES, l’entreprise sociale utilise les outils du business pour des objectifs sociaux. Arnaud Mourot, directeur d’Ashoka, reconnaît que l’importance donnée à l’individu entrepreneur peut entrer en opposition avec la dimension collective de l’économie sociale. Selon Jean-Marc Borello, tout nouveau président du Mouvement des entrepreneurs sociaux, l’enjeu, à partir du terreau fertile de l’ESS, est de professionnaliser les structures, quels que soient leurs statuts, et de faire grandir les bonnes idées. Pour Jean-Guy Henckel, du Réseau Cocagne, l’entrepreneur social accepte de travailler dans la complexité et de gérer les tensions ; pour autant, il ne s’agit pas de renoncer aux valeurs fondatrices de l’ESS. MyCoop, par Tess Solidaire

D’autant que Danone n’est pas exempte de "mieux se moucher le nez" sur le plan social interne...

Revenons à son patron "social".... Le Parisien du 22/03/10 annonce également :

"Cette rémunération est liée aux résultats du groupe", a déclaré à l’AFP une porte-parole du groupe alimentaire, faisant remarquer que celle-ci est "globalement en baisse de 20% par rapport à 2008".

L’argument classique du "patron méritant son salaire car il fait progresser l’entreprise" est un peu usé. D’une part, les actus économiques nous donnent bien souvent à observer que les salaires et autres avantages des grands patrons ne sont pas toujours en lien avec les résultats des entreprises qu’ils gèrent Et d’autres part, cela se cale sur l’idée que seul le patron est en capacité de faire se développer l’entreprise, les salariés subalternes n’étant que des "robots" sans conscience et sans volonté de faire progresser leur entreprise également.

Preuve sociale de la réalité de prise en compte des salariés dans un groupe qui réalise quand même "une hausse de 3,7% de son bénéfice net à 1,36 milliard d’euros mais avait dit s’attendre en 2010 à une consommation difficile dans les pays occidentaux."

Danone : deux jours de grève et une victoire

A l’issue de deux jours de grève les 9 et 10 mars (avec des taux allant de 60 à 100% de grévistes) sur l’ensemble des 14 établissements, un accord a été signé mercredi par la CGT, FO et la CFDT de la branche produits laitiers de Danone. L’accord prévoit une augmentation générale de 2% au 1er mars avec un talon minimum de 60 euros. CGT

Les salariés, eux, ont donc une LARGE augmentation de 2%, soit grosso modo, l’inflation de février (Même si les 12 derniers mois, elle n’est que de 0,1% semblerait il !)...

Alors peut on vraiment se faire passer pour un entrepreneur social quand on touche autant de fois ce que touchent les plus bas salaires ? Peut on vraiment être crédible à côtoyer Mohamed Yunus quand son salaire annuel correspond à environ2100 fois le revenu annuel par tête du Bangladesh ?

Alors, forcément, je mets un bémol aux élans de Hugues Sybille dans son entretien commentant l’étude sur la perception des Français de l’entrepreneuriat social ("Les Français plébiscitent l’entrepreneuriat social : 81% d’entre eux souhaitent que ce modèle inspire les autres entreprises")

Pour Hugues Sibille, son Président, « les résultats du sondage confirment l’engouement des Français pour le développement de l’entrepreneuriat social en France, thème majeur du Salon des entrepreneurs cette année. La réalisation des bénéfices n’est plus une fin en soi pour la nouvelle génération des créateurs d’entreprises, mais un moyen pour leur projet social. Le sondage révèle que les jeunes veulent travailler dans les entreprises sociales ou en créer ».

Ou alors, il faut faire un peu de ménage !?


Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

[1Aucun jugement de valeur dans ce que je dis, c’est un constat


2 Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Le blog de Guillaume
Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
En savoir plus »