jeudi, 22 octobre 2020|

1 visiteurs en ce moment

 

Non, l’extrême droite n’est pas comparable à l’extrême gauche !

Date de publication :
Mots clés :

La période électorale tendue que nous (continuons de) vivons est favorable à cet amalgame... Ceci dit, je l’entends depuis que je mouillasse dans le bassin de la politique et des idées.

"Oui, de toute façon, l’extrême droite, c’est comme l’extrême gauche !" (et inversement)...

Ce qu’il y a de curieux d’ailleurs, c’est que l’extrême gauche a des frontières aléatoires et fluctuantes selon le contexte électoral ! En ce moment, dans les bouches des responsables UMP, les partis d’extrême gauche sont le PCF et le PG [1]. Alors que traditionnellement (et historiquement), c’était plutôt du côté des mouvements trotskystes qu’il fallait installer les frontières [2]. Comme quoi, les goûts et les couleurs...

Si l’on prend une définition de l’extrême droite, on trouve par exemple sur Wikipedia, on entrevoit les contours de ce mouvement :

Le terme « extrême droite » est employé pour désigner les mouvements politiques les plus à droite. Le terme « extrême », quoique historique et descriptif, porte une connotation d’excès qui fait varier le contenu selon le descripteur, l’époque et le lieu, et fait éventuellement préférer aux partis ainsi désignés une autre appellation.

Toute l’intelligence [3] de Marine Le Pen a été de dédiaboliser le Front National en glissant sémantiquement et en lissant les pics radicaux. Et surtout, en faisant de lui un parti (presque) convenable, montrant aux électeurs qu’il pouvait gouverner [4]. Car n’oublions pas que selon

La science politique anglo-saxonne parle plus volontiers de « droite radicale » signifiant par là que les mouvements politiques qui s’y rattachent se situent hors du cadre formé à droite par les partis libéraux ou conservateurs.

Le terme "radical" est intéressant car il met en avant l’aspect de rupture. Mais il dessert l’idée qu’on peut être d’extrême droite tout en étant / voulant être gouvernemental (Cf le Parti autrichien de la liberté, la ligue du Nord, l’Alliance nationale ou Aube dorée).

Michel Winock, historien français, classifient les discours de l’extrême droite selon 9 caractéristiques :
- la haine du présent (Décadence) ;
- la nostalgie d’une période passée et forcément meilleure ;
- l’immobilisme (Conséquence du refus du changement) ;
- l’anti-individualisme (Conséquence des libertés individuelles et du suffrage universel) ;
- La mise en avant d’une élite gouvernante (Pas d’élite = déliquescence des moeurs) ;
- la gloire du sacré (Religieux mais pas forcément, c’est aussi la tradition, la culture, la coutume) ;
- la peur du métissage génétique et de l’effondrement démographique ;
- Des mœurs classiques (Décadence = la liberté sexuelle et l’homosexualité) ;
- l’anti-intellectualisme.

On peut aussi caractériser l’extrême droite par un rejet d’un groupe non pas social, mais basé sur des caractéristiques endogènes, c’est à dire qu’ils ne maitrisent pas : couleur de peau, origine religieuse, physique, ...

Pour qualifier l’extrême gauche, c’est compliqué. C’est plus une expression qu’un mouvement homogène. On peut dire quand même qu’elle désigne l’ensemble des courants au delà des mouvements réformistes (Parti socialiste) et de la gauche antilibérale traditionnelle (Parti communiste, Radicaux de gauche) ou nouveau (Parti de Gauche, Europe Ecologie les Verts). Les principales caractéristiques communes restent un rejet franc de la démocratie libérale et une opposition nette au capitalisme. Reposant sur la révolution prolétarienne, l’égalité entre tous les individus passera par une phase insurrectionnelle de renversement des institutions. En cohérence, ils ne participent pas au fonctionnement démocratique de la société.

On comprend donc aisément que la cible est un système économique, voire un groupe social (dirigeants) censé incarné le système capitaliste.

Ceci étant posé, l’argument pour mélanger les deux extrêmes est souvent le fait que Stalline a fait tuer beaucoup de monde.
Oui. C’est vrai, c’est historiquement vrai [5]. Aussi vrai qu’Hitler a organisé la solution finale et que des participants aux cortèges du Front National ont tué. Mais autant pour les 2 premiers, le caractère psychiatrique peut être mis en avant, autant surtout, ils étaient les "chefs" de ces massacres, les leaders, les instigateurs, donc, c’était ceux qui impulsaient aux autres. Pour moi, il y a une différence entre celui qui ordonne de tuer et celui qui tue.
Ce petit paragraphe avait juste pour but de contester l’argument de "celui qui a fait le plus de massacres entre l’extrême droite et l’extrême gauche"...

Non non, la différence est essentiellement politique, et surtout axé sur la cible ! On combat un système en opposant des groupes sociaux (donc des ensembles plutôt cohérents dont les individus se reconnaissent à l’intérieur par des codes et des cultures) [6] d’un côté et de l’autre, on combat un système en opposant des groupes non homogènes basés sur des caractéristiques naturelles. D’autant que d’un côté, il y a volonté de bonheur pour tous, de l’autre, le bonheur de certains [7].

Marine Le Pen continue de fasciser son parti, en le rendant "de gouvernement", tout en maintenant les archétypes de l’extrême droite (Vu les composantes, de toutes façons, le résultat ne peut être différent !). Visiblement, les spécialistes de la chose publique et politique ne s’accordent pas sur l’appartenance ou non à l’extrême droite du Front National : droite nationale, parti fasciste, parti fascisant, ...

Pourtant, si on prend le terme générique "fascisme" on peut l’entendre comme "tout mouvement politique ou organisation s’appuyant sur un pouvoir fort au service d’une classe humaine dominante, la persécution d’une classe ennemie chargée de tous les maux, l’exaltation du sentiment nationaliste, le rejet des institutions démocratiques et libérales, la répression de l’opposition et un contrôle politique extensif de la société civile."

Cela colle bougrement bien au programme du Front National non [8] ?

Si on reprend les éléments de Michel Winock et que l’on compare aux grandes idéesdu parti :

la haine du présent Sortie de l’Euro et retour au Franc
la nostalgie d’une période passée et forcément meilleure Sortie de l’Espace Schengen et rétablissement des contrôles aux frontières nationales - Renégociation radicale des traités européens afin de reconquérir la souveraineté nationale perdue - Gel de la privatisation des services publics - Renationalisation de la poste
l’immobilisme Conservation de l’énergie nucléaire à moyen terme en favorisant les recherches pour améliorer la sécurité des centrales
l’anti-individualisme Plan drastique de lutte contre la fraude à la sécurité sociale et les arrêts maladie de complaisance
La mise en avant d’une élite gouvernante Organisation d’une garde nationale de 50 000 réservistes hommes et femmes
la gloire du sacré Revalorisation des pensions des anciens combattants - Création d’un revenu parental pour favoriser la natalité
la peur du métissage génétique et de l’effondrement démographique Mise en place d’une politique familiale volontariste réservée aux Français impliquant la suppression des allocations familiales pour les étrangers - la création d’un revenu parental pour favoriser la natalité
Des mœurs classiques Refus du mariage homosexuel et de l’adoption d’enfants par des homosexuels - Abaissement de l’âge de la retraite pour les mères ayant élevé au moins 3 enfants
l’anti-intellectualisme Injonction donnée à l’ENA de recruter des hauts fonctionnaires patriotes

Pour conclure, combattons le Front National et ses ramifications sur le bon aspect des choses : les idées. Et non sur celui qui a la plus grosse...


Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

[1Réunis au sein du Front de Gauche

[2Paradoxal pour des internationalistes, soit dit en passant !

[3Cela me fait mal à la bouche, mais c’est pourtant la réalité !

[4Les expériences concrètes montrent plutôt le contraire !

[5On estime à 43 000 000, les morts imputables à Stalline. Source

[6En psychologie sociale et en sociologie, un groupe (fréquemment groupe social) est un ensemble de personnes ayant des caractéristiques ou des buts communs. Une prémisse à l’étude des groupes est que leurs propriétés sont distinctes de celles des individus qui les composent. Wikipedia

[7Blancs, blonds, ...

[8Dépoussiéré des manières modernes néanmoins !


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Le blog de Guillaume
Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
En savoir plus »