jeudi, 1er octobre 2020|

7 visiteurs en ce moment

 

Les américains déclarent la guerre à la méthamphétamine... Et pas avec des pincettes !


Pour tous les amateurs de séries policières américaines, ce mot ne vous est pas inconnu. Dès qu’on y parle de drogue, ce composant chimique revient en premier avec le crack. Dans les séries des années 70, c’était la coke, après l’héroïne. Les années 80 étaient réservées à l’acid.
Tout cela ramène le joint de "Marie Jeanne" à un simple mégot de cigarette tellement les effets de la méthamphétamine sont juste hallucinants sur le corps. Anxiété, perte de poids, inflammation de la peau (boutons), lésions et destruction sévère des dents et de la cavité buccale, etc etc...

La méthamphétamine, aussi appelée meth, crystal meth, crystal, ice, est une drogue de synthèse psycho-stimulante hautement addictive. La méthamphétamine a été synthétisée pour la première fois au Japon en 1893. La forme HCl a été synthétisée, brevetée en 1937 et commercialisée dès 1938. Comme les amphétamines, elle a largement été utilisée sur les soldats lors de la Seconde Guerre mondiale, notamment des allemands, des finlandais, mais également des japonais et des pilotes de bombardiers américains. Elle fut un temps commercialisée comme un médicament aux États-Unis pour divers problèmes médicaux, allant de l’obésité à la dépression. Mais depuis 1970, elle est classée comme stupéfiant. Le 3,4-méthylène-dioxy-méthylamphétamine ou MDMA, plus connu sous le nom d’ecstasy est un composé proche.

Ce produit pose des problèmes particuliers dans les pays consommateurs car sa synthèse est relativement aisée et peut être réalisée à partir de produits relativement courants même s’ils sont de plus en plus contrôlés19. Il se développe ainsi de nombreux petits laboratoires indépendants20 produisant de petites quantités. La manipulation de ces produits chimiques reste malgré tout dangereuse, ce qui donna lieu à plusieurs accidents, aux États-Unis notamment21 (explosions et intoxications), des produits comme la phosphine, un gaz très toxique pouvant se former lors de la réaction.

La méthamphétamine est généralement fumée sous sa forme cristalline, ou ingérée sous forme de pilules. Les usagers-injecteurs liquéfient les cristaux avec de l’eau pour pratiquer l’injection.

- Effets recherchés :

  • stimulation de la vigilance ;
  • absence de fatigue ;
  • euphorie ;
  • stimulation de la libido, retard à l’éjaculation.

- Effets secondaires :

  • anxiété, agitation ;
  • diminution de la concentration4 ;
  • importante perte de poids ;
  • Inflammation de la peau (« boutons du speed »)
  • léthargie ;
  • Déshydratation ;
  • Lésions et destruction sévère des dents et de la cavité buccale

- Autres effets à long terme :

  • hallucinations, délires ;
  • paranoïa ;
  • comportements violents ;
  • dépression ;
  • troubles du sommeil et de la circulation sanguine ;
  • dérèglement du cycle menstruel chez les femmes.

Les effets de la prise de méthamphétamine durent de 8 à 24 heures4 et son effet se fait encore sentir dans le corps pendant au moins 3 jours.

Dans un article de mai 2010 du "Ben Franklin Post", titré "L’Amérique shootée à la méthamphétamine", Cécile Grégoriades nous explique avec détails comment l’Amérique pauvre se détruit avec cette "cocaïne du pauvre".

Les Américains n’en ont pas fini avec la méthamphétamine, cette drogue peu chère et extrêmement addictive. Arrivée d’Asie aux Etats-Unis à la fin des années 80, sa consommation reste confinée à certains milieux. Mais elle se propage rapidement d’autant plus qu’elle est facile à produire à l’aide de décongestionnants vendus en pharmacie. Selon la Drug Enforcement Administration américaine, près de 12 millions de personnes aux Etats-Unis ont touché à la méthamphétamine, soit 5% de la population âgée de plus de 12 ans.

Le dernier chiffre est juste surprenant... L’article explique que la difficulté des forces de l’ordre est que la méthamphétamine se produit à partir d’éléments chimiques qu’on peut acheter dans le commerce [1] et qu’il n’y a pas besoin de laboratoire pour la fabriquer, l’utilisateur final la produit chez lui ou sur sa banquette de voiture !

Mais la différence avec les laboratoires informels autrefois établis dans des maisons, c’est que ces laboratoires ambulants sont beaucoup plus petits et les quantités sont par conséquents moins importantes. Ceux qui préparent la méthamphétamine dans leur voiture sont souvent les consommateurs finaux, pas des dealers.

Mais, un article du Monde du 30/03/12 par Louis Imbert intitulé "Drogue : les nouvelles routes de la méthamphétamine" nous apprend que le trafic a évolué et que les propos ci dessus sont obsolètes.

Le 8 février, dans un ranch des faubourgs de Guadalajara, capitale de l’Etat de Jalisco, l’armée mexicaine saisissait quinze tonnes de poudre blanche stockée dans des barils de plastique bleu : de la méthamphétamine, une drogue de synthèse puissante, très populaire aux Etats-Unis. Quinze tonnes, soit 13 millions de doses qui auraient pu se vendre au détail pour 3 milliards d’euros dans les rues de Détroit ou de Los Angeles. Cette prise est la plus importante jamais réalisée au Mexique. Elle représente l’équivalent de la moitié des saisies de "meth" recensées par l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) à travers le monde en 2009.

et

"La ’règle’ a longtemps été que les drogues de synthèse étaient fabriquées à côté des marchés de consommation et peu intégrées dans les réseaux internationaux, précise Laurent Laniel, analyste à l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT). Aujourd’hui, cette règle ne s’applique plus à la méthamphétamine."

Le soucis est donc la propagation de cette drogue. Les Etats Unis ont lancé une vaste campagne de sensibilisation à destination des drogués pour qu’ils décrochent. Autant on a aimé le "rehab" d’Amy Winehouse, autant le "rehab" des autorités de lutte anti drogues aux Etats Unis méritent tout le sérieux que le parent que je suis.
Les autorités ont donc lancé un site internet permettant de trouver la meilleure solution et le meilleur lieu pour décrocher de la méthamphétamine. Et ils l’ont lancé avec une campagne choc d’images de drogués avant et après la prise de drogue. J’en ai choisi 3 parmi plein pour illustrer. Je les ai choisi car les personnes étaient plutôt agréables à regarder... Avant !

Cette petite blondinette aurait pu être avocate...

Ce charment jeune homme aurait pu être agent d’assurance...

Cette brunette aurait pu être infirmière...

Vies sociales brisées, physiques dégradées, la drogue pourrit tout et tout le monde, personne n’est au dessus.

Et en Europe ?

L’article du Monde est rassurant, même si il faudrait le réactualiser.

En Europe, la consommation reste relativement faible. Un foyer historique est établi en République tchèque, reliquat d’une usine chimique de l’époque soviétique, dont les stocks alimentaient discrètement les cuisiniers de meth. L’Allemagne s’inquiète d’une hausse des interpellations à sa frontière, et les pays nordiques voient également leur consommation augmenter, via la Lituanie. "Nous craignons que la méthamphétamine ne remplace l’amphétamine dans le nord de l’Europe, où elle est très consommée", affirme Hamid Ghodse, directeur de l’OICS.

Si vous souhaitez en savoir plus, il y a en téléchargement (et en anglais) le rapport "amphetamines and ecstasy" de l’UNODC (United Nations Office on Drugs and Crime). Il date de 2011 mais fait 124 pages d’explications intéressantes.


Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

[1Les ingrédients utilisés pour fabriquer la méthamphétamine sont des produits ménagers légitimes, habituellement vendus dans les magasins de détail, par exemple : les médicaments en vente libre contre la toux, le rhume et les allergies, qui contiennent de la pseudoéphédrine ou de l’éphédrine, l’acétone, l’alcool à friction et isopropylique, l’iode, l’allume-feu liquide (éther), les additifs d’essence (méthanol), les nettoyeurs de tuyaux d’écoulement (acide sulfurique), les piles au lithium, le sel gemme, les cartons d’allumettes (phosphore rouge), l’hydroxyde de sodium, le diluant à peinture, le papier d’aluminium, les articles de verrerie, les filtres à café, les bonbonnes à propane


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Le blog de Guillaume
Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
En savoir plus »