jeudi, 22 octobre 2020|

3 visiteurs en ce moment

 

Le tri sélectif très poussé sur la commune de Riaillé...

Date de publication :
Mots clés :
  • Election cantonale / départementale
  • Loire Atlantique
  • Riaillé

  •   1

    Samedi il y a 10 jours, nous avons reçu une jolie lettre recommandée avec accusé de réception de la Mairie. Peu habitué à recevoir des LR/AR de la commune, nous nous sommes empressés de l’ouvrir... Avec retard puisque nous ne pouvons aller chercher les recommandés que le samedi, seul jour où nos horaires coïncident avec ceux de la Poste [1]. Bref...

    A ce moment du récit, il faut préciser une chose : je déteste recevoir des recommandés. Je déteste cela car cela positionne la relation sur un plan officiel, très rigoureux, très encadré, très légal. On a quitté la relation humaine pour passer sur le plan administratif. Donc, sachez le, une lettre recommandée a le don de m’exaspérer et de provoquer chez moi des réactions proches du nucléaire...

    Donc, nous ouvrons la lettre et lisons avec (beaucoup) d’attention son contenu... Moui... Moui... Moui... Et la BOUM !! Cataclysme nucléaire, Mururoa en 20 ans = petit pétard mouillé !

    La commune nous accuse tout simplement d’être malhonnêtes et pollueurs ! Rien que cela ! Avec rappel à la loi, menaces de poursuites et preuves à l’appui... Vous trouverez ci dessous le scan du courrier reçu... Et en dessous notre réponse...

    Voici notre réponse :

    V/Ref : Lett/FF/10-128
    Lettre avec A/R
    Copie COMPA / Service déchets

    Riaillé le 13 janvier 2011,

    Monsieur le Maire,

    Nous accusons réception de votre courrier en date du 4 février 2011 concernant le constat par les agents des services techniques municipaux du « dépôt sauvage d’une cagette de déchets au village de Bourg Chevreuil », pour laquelle « un rapide inventaire du contenu a permis de retrouver une enveloppe de courrier à [votre] nom ».

    Tout d’abord, il me semble important de remercier les agents techniques municipaux pour leur vigilance quant au village de Bourg Chevreuil et ses déchets. Et peut être aussi à leur vigilance quant à nos déchets, qui semblerait il, ont une fâcheuse tendance à se retrouver dans les mains de ces dits agents.

    Nous vous remercions également du rappel à la législation en vigueur concernant les dépôts sauvages de déchets et des sanctions envisageables. Nous saurons aller y regarder de plus près.

    Par contre, vous le comprendrez, nous sommes assez étonnés de cette lettre nous accusant tout de même de « dépôt sauvage d’une cagette de déchets » à 5 mètres de notre domicile ! Et nous sommes également surpris de la démarche d’une lettre recommandée avec A/R avec menaces explicites (En cas de nouvelle infraction) de sanctions devant le « procureur de la République » au « titre de vos pouvoirs de police » sur la base d’une enveloppe trouvée au nom de GUILLAUME CHOCTEAU dans une « cagette de déchets », nous le répétons, à 5 mètres maximum de notre domicile. Nous ne contestons pas l’existence constatée (probable et malheureuse) d’une enveloppe qui se serait échappée par mégarde du bac à papier public (Lors de son vidage, lors de son transfert), voire qui se serait échappée par mégarde quand nous l’avons déposé dans le bac. Cette maladresse est tout à fait possible, malheureusement. Une enveloppe en papier a pu échapper à notre vigilance.
    Mais faute de contre preuve, il faudra que vous vous basiez sur notre seule bonne foi, cette même bonne foi que vous semblez remettre en cause tout de même, en insinuant qu’au delà de l’enveloppe, c’est l’ensemble de la « cagette de déchets » qui nous serait imputable. Nous ne voyons pas vraiment l’intérêt, si ce n’est une « perversité sans nom », à déposer des déchets aux pieds des bacs mis à disposition, sachant que les premiers gênés par des odeurs éventuelles ou vues dénaturées serait nous !
    Et ce serait prodigieusement audacieux de le faire alors que nous étions parmi ceux à vous faire remonter que les anciens containers étaient justement utilisés par des personnes extérieures au village (Touristes, ou d’autres villages) et qu’ils débordaient régulièrement dès le dimanche soir, soit 2 jours avant le passage des camions collecteurs.

    Nous terminerons en saluant la rapidité que la Commune met à mettre en place une telle démarche officielle, nous serions ravis qu’elle eut mis autant de rapidité à répondre à mes demandes annuelles, donc répétées, au moment des épandages de gravier sur les routes dans le village et ailleurs. Nous rappelons que notre fils a chuté (Avec dégâts matériels et corporels) il y a deux ans à cause de ces graviers et que nous attendons toujours une réaction de la Commune à ce sujet, ne serait ce qu’un accusé de réception.

    Pour conclure, nous accusons réception de votre courrier en date du 4 février 2011 sur ce constat. Mais au delà d’une enveloppe au nom de Guillaume, qui aurait pu arriver là par un nombre incalculable de manières (Une enveloppe en papier près d’un bac collecteur de papier), le constat ne peut en aucun cas nous attribuer les insinuations de « dépôt sauvage d’une cagette de déchets » tel que vous les présentez.

    Nous vous prions, Monsieur le Maire, d’agréer nos salutations respectueuses.

    Pour être tout à fait honnête sur ce billet, il y a environ 6 mois, nous avions eu un coup de fil du Maire concernant nos déchets. Explications [2]...

    La communauté de Communes du Pays d’Ancenis (COMPA) a souhaité mettre à jour son dispositif de collecte d’ordures. D’une part en modifiant les bacs collectifs de tri sélectif et en supprimant le bac collectif d’ordures ménagères, d’autre part en passant à la taxe pour les ordures à la pesée [3].
    Pour cela, la COMPA a fourni des bacs à ordures ménagères standardisés à tous les foyers de la commune de Riaillé (Et d’autres probablement). Cela se passait en juin 2010, de mémoire. Fin juin pour être plus précis. Or... Mon village a été oublié ! Petite anecdote : on ne nous les a remise que le 17 juillet !
    On a attendu un peu et puis on s’est renseigné auprès de la femme d’un conseiller municipal croisée par hasard. Elle nous dit "C’est un oubli de la société engagée par la COMPA, déposez vos déchets et ils passeront les prendre...". Ok, on place donc nos sacs de déchets (Jaune pour le papier/carton, un autre pour le tout venant ménager) près des collecteurs habituellement utilisés auparavant et enlevés, je le rappelle. Le temps passe et un soir, un appel du Maire à Agnès : "Les agents municipaux ont trouvé des déchets près des bacs d’ordures et après vérifications par le premier adjoint [4], il s’avère que ce sont les vôtres. Je préfère t’appeler pour te le dire". Agnès lui explique l’histoire des bacs non fournis, de la femme du conseiller tout en précisant qu’à aucun moment, il n’avait été précisé que les déchets à ramasser [5] devaient être DEVANT CHEZ NOUS... Et non, comme avant, près des bacs collectifs. Bon, erreur supplémentaire par rapport à l’accumulation des erreurs liées à la mise en place des bacs individuels. Soit. On en prend notre parti...
    Il faut noter que partant tôt et revenant tard, nous n’avions jamais observé que des poubelles étaient sur les trottoirs, ou pas, ici et pas là, là et pas ici.

    Et 6 mois après, voici que nous recevons ce petit courrier... Qui insinue insidieusement que nous mettons nos déchets n’importe où, et surtout à quelques mètres de chez nous, et même, à quelques mètres de notre poubelle...

    Plusieurs hypothèses :

    La plus probable : nous sommes de grands pervers, nous détestons les agents municipaux, nous souhaitons leur malheur, nous jubilons à l’idée de les voir ramasser nos déchets et nous sommes des pollueurs patentés et affirmés. De plus, imaginer un adjoint la tête et les mains dans les poubelles pour chercher des preuves... quoi dire de plus !

    ou

    La plus réaliste : une enveloppe s’est envolée à un moment et elle s’est retrouvée ramassée et coincée dans une cagette abandonnée par un randonneur consciencieux.

    Notre réponse n’a d’autre but que de remettre un peu de réalisme dans la démarche. On reconnait l’éventuelle maladresse (Tout en sachant pas comment elle est arrivée là ?) mais on réfute l’accusation larvée de "pollution volontaire à la cagette". Si la lettre A/R avait pour but de faire peur, c’est râté, elle a plutôt provoqué une petite saine colère. A quelques jours des cantonales, le candidat Maire Conseiller général a t il souhaité faire du zèle ? Un exemple ? Bof... Dommage, cet article paraitra ici, et comme je sais qu’il est assez lu par les habitants de Riaillé ne se retrouvant pas dans la politique municipale, cela les confortera dans leurs idées...

    Et en plus, hasard du calendrier, le paragraphe dans lequel je fais référence aux graviers et à la chute d’Axel fait écho à mon dernier article sur le sujet qui date de ... février 2008 ! 3 ans sans réponse à cette interpellation... Qui n’était pas la première !

    C’est quand les municipales déjà ? Qu’ils s’en aillent tous !


    Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

    [1Ah, le service public !

    [2Avec délectation !

    [3Plus on pollue, plus on paye, normal !

    [4Rien que cela était cocasse ! Imaginez le premier adjoint la tête et les mains dans nos poubelles :)

    [5Sur les conseils de Mme la femme du conseiller municipal


    1 Message

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

     
    A propos de Le blog de Guillaume
    Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
    En savoir plus »