dimanche, 27 septembre 2020|

3 visiteurs en ce moment

 

Le programme de Jacques Auxiette, tête de liste de la majorité sortante en Pays de la Loire, sur l’économie sociale verdict !


En ce moment, c’est la campagne pour les élections régionales. Le saviez vous ? Si, on en parle àla télé et àla radio, et on croise, de temps àautre, les candidats et leurs équipes sur les marchés, les salles publiques, les quartiers, … Bref, ça communique !

Après ma rupture avec les Verts [1] au sujet d’Europe Ecologie, je suis libre de mes pensées politiques. Et je suis clairement àgauche, voulant que la gauche gagne... Clair et précis... J’ai donc apporté quelques pierres àla campagne de Jacques Auxiette, tête de liste PS d’une liste « Â plurielle  » avec des candidats PC et écologistes [2]. Ma contribution a été àla hauteur de mon temps ày consacrer : faible tout de même. Juste quelques heures sur un projet àla demande du directeur de cabinet actuel, avec qui j’ai usé mes culottes de syndicaliste étudiant, même si on nous n’étions pas d’accord àl’époque [3].

Bref...

J’ai reçu en début de semaine les tracts de jacques Auxiette sur l’économie sociale et sur le milieu associatif. Et je vais me faire le plaisir de les analyser et commenter, après avoir fait le préambule suivant : je n’ai pas participé àla réflexion, et encore moins àl’écriture, de ces morceaux de programme. Ceci étant dit, allons y...

Sur le tract ESS, le titre accroche : « Â Economie sociale et solidaire :
diversité, dynamisme, originalité, innovation  ». C’est totalement vrai, même si je mets un bémol sur l’innovation, qui ne concerne pas tout le secteur [4].

Quelle vision a Jacques Auxiette de l’économie sociale ? En plein débat sur l’entrepreneuriat social, sa définition sera un bon élément d’ancrage dans le débat :

« Les entreprises de l’économie sociale et solidaire constituent un modèle de démocratisation de l’entrepreneuriat en raison de la participation des salariés et des usagers àla prise de décision collective et responsable. »

On voit que la définition apporte les éclairages essentiels : entrepreneuriat collectif et responsable. Manque juste l’aspect de la répartition des pouvoirs et des richesses, mais les exemples qui suivent permettent de penser que le modèle classique de l’économie sociale [5] sert de socle àla réflexion.

Les entreprises de l’économie sociale et solidaire constituent donc un secteur économique àpart entière et ont été intégrées dans la politique de l’action économique régionale. Nous avons reconnu la filière àhauteur des intérêts économiques et sociaux qu’elle représente tout en tenant compte de ses spécificités par rapport aux entreprises classiques.

Sur le côté « Â secteur àpart entière  », je mets un bémol tant certains acteurs dépensent de l’énergie àparcelliser le mouvement. Mais cette position tend àprouver la vision globale et unifiée que souhaite Auxiette pour le secteur. Et là, je le rejoins totalement. Tant qu’on mettra dos àdos les acteurs associatifs, coopératifs et mutualistes, le mouvement sera affaibli et donc plus perméable aux attaques de libéraux.

Au carrefour des initiatives individuelles et collectives, la force de cette filière économique
réside dans sa capacité às’unir autour de projets communs. Le Conseil régional apporte un fort soutien àla Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire, notamment pour la mise en place de l’observatoire de l’Economie Sociale et Solidaire. Il soutient l’Union Régionale des SCOP pour la reprise d’entreprises par des salariés sous forme coopérative et pour la transformation des associations en sociétés coopératives (SCOP, SCIC).
Le Conseil régional renforce également les fonds propres et apporte un soutien aux
investissements des entreprises du secteur.

Niveau régional, action régionale, acteurs régionaux... Évidement... L’apport des observatoires des CRES en terme de lisibilité du secteur est énorme. Pour se connaître, se reconnaître et peser ensemble, il faut se compter ! D’autant que l’analyse des chiffres et données permettent de mettre en avant le discours et les pratiques, les approches qualitatives sur les différences de salaires, la féminisation et tout ce qui fait qu’àun moment, le secteur n’est pas seulement un conglomérat de statuts, de chiffres et d’individus, mais aussi des relations interpersonnelles, du droit et des hommes [6].

Pour poursuivre les efforts de développement de la filière, il faut également accompagner
la promotion de ses actions collectives.

Hoouuu... C’est bon ! La promotion des actions collectives !! Dans ce bas-monde hyper individualisé, il est bon de reconnaître et promouvoir l’action collective comme moyen de changer les choses. Devions nous en attendre autre chose de la part d’une personne de gauche ?

Il participe également àla structuration du secteur en apportant, par exemple, son soutien àl’organisation des Ecossolies, àla plateforme « commerce équitable  » ou encore àla création d’une filière de services àla personne en Sarthe. 

Et àRessources Solidaires ? Certes notre visibilité en tant qu’acteur local est faible, mais elle dépasse largement les frontières ligériennes ! La Région nous a aidé en finançant un emploi tremplin [7], étape essentielle ànotre démarrage... Pour devenir LA référence de l’emploi dans l’économie sociale et solidaire sur tout le territoire, malgré les grincheux ! Si la Région n’avait pas eu cette politique volontariste, jamais le chercheur d’emploi ici, et àLille / Dunkerque ou Marseille n’aurait pu voir les offres de notre site ! Qu’on se le dise... Et pareil pour le Conseil général de Loire Atlantique ou Nantes Métropole... Rendons àCésar ceux qui …

La crise économique nous a montré que nous avions raison de croire au développement
de l’économie sociale et solidaire. Elle constitue une alternative au tout spéculatif et un modèle de gestion grâce àses innovations sociales et économiques.

Oui, vous avez eu raison, les faits ont malheureusement été là. Les entreprises de l’économie sociale ont mieux réagi àla crise [8] pour plusieurs raisons :
Gestion àmoins court terme que des groupes le nez rivé sur les profits àcourt terme dus aux exigences de rentabilité des actionnaires
Management participatif des parties prenantes, ce qui fait qu’on recherche plus la pérennité et moins le profit immédiat
Un système de répartition des richesse qui fait que les réserves sont souvent plus importantes que dans les entreprises classiques

Elle aura contribué àl’émergence d’un tissu économique régional varié, indispensable àune bonne prise en compte des exigences nouvelles des consommateurs qui s’inscrivent davantage comme des acteurs de la consommation.

Bof... Phrase un peu ploum ploum...

Être aux cotés des associations menacées par le désengagement de
l’Etat
L’Etat est de moins en moins présent pour soutenir les initiatives de nos
concitoyens qui s’investissent dans la vie associative : 16 % en moins de
budget aux associations pour 2010, des coupes budgétaires en direction
de l’éducation populaire, de la culture, et Révision Générale des Politiques
Publiques (RGPP)…

et

Faciliter l’accès au crédit des entreprises
Les entreprises, notamment les TPE et PME et toutes les structures de l’Economie sociale et solidaire, subissent aujourd’hui un assèchement en matière de crédit bancaire.

Oui, effectivement, la RGPP (Révision générale des politiques publiques) impacte fortement le milieu associatif qui travaille depuis des dizaines d’années en supplétif ou complétif des pouvoirs publics. Sauf que... C’est nier les secteurs associatifs émergents, qui, depuis une grosse vingtaine d’années, développent cet esprit associatif et ces projets collectifs. Ces secteurs comme le commerce équitable, l’éco-habitat, les finances solidaires sont des secteurs « Â neufs  » qui se structurent peu àpeu. Or, la vision liée àla RGPP est une vision qui exclut ces associations car elles ne sont pas dans le champ de la RGPP. Et c’est aussi (pourtant ?) làqu’on trouve les difficultés de financement, de formation, de gestion des compétences, sans parler de l’absence de dialogue sociale, de sensibilisation àla fonction employeur et tout et tout... L’accompagnement doit se faire aussi là. Est ce le rôle de la Région d’accompagner ? Non, bien entendu, mais elle doit pouvoir s’appuyer sur d’autres (CPCA, USGERES, …) pour le faire, comme elle l’a fait dans d’autres domaines, avec les mêmes.

L’engagement de 2004 est donc tenu :

Le Conseil régional aide les entreprises de l’économie sociale et solidaire àse positionner sur leur marché en appuyant leurs initiatives économiques et la professionnalisation de leur gouvernance.

Pour conclure, la plaquette de positionnement de la liste Auxiette sur l’économie sociale trouve un bon équilibre entre cette économie sociale traditionnelle et celle innovante. En renforçant les structures fédératives (CRES ou URSCOP), en permettant la mise en oeuvre d’outils de lecture, tout en donnant des solutions pour créer de l’emploi dans le secteur marchand, la majorité sortante a prouvé qu’elle avait compris l’économie sociale ET solidaire.

Qu’en pensent les autres ? La CRESS Pays de Loire a interrogé les 3 principales listes en Pays de Loire : majorité sortante, Europe Ecologie et UMP.

Sur la question des relations entre le conseil régional et l’économie sociale, les réponses reflètent bien les positionnements politiques.

Jean-Philippe Magnen souhaite soumettre les conditions d’octroi des aides économiques du CR àdes indicateurs sociaux et environnementaux et renforcer également la commande publique responsable. Pour cela, il propose la signature d’un contrat cadre entre la région, les acteurs de l’ESS et la CPCA qui permettrait aux entreprises de l’ESS de bénéficier de nouvelles dispositions en matière de partenariat public/privé et éviterait le recours systématique aux appels d’offre.

L’intégration de éco-conditions àl’obtention d’aides publiques va dans le bon sens, aussi bien pour l’économie traditionnelle que l’économie sociale. Reste àsavoir lesquelles, la « Â contrainte  » qu’elles peuvent représenter et les moyens pour aider àla transition. En effet, si les contraintes demandées sont économiques fortes, elles vont entrainer des coà»ts, àajouter aux aides demandées.
Quant àla triangulaire CR / acteurs / CPCA, je ne la comprends pas. D’une part, parce que cela exclut le « Â non-associatif  » du contrat [9]. D’autre part, je ne comprends même pas le fond. Peut être que les propos rapportés sont déformés / tronqués / traduits [10]. Que vient faire la CPCA dans l’histoire ?

Christophe Béchu ne rejette pas l’idée de liens contractuels mais pense que cela doit être réfléchi au cas par cas. Il insiste sur la notion de transparence et sur l’établissement de cahier des charges où les parties sont clairement déterminées.

Ah... La contractualisation comme seul arme ! Pas de cadre général, du cas par cas au nom de la transparence... Reste plus qu’àparler de la main invisible du marché et les dogmes libéraux seront tous là...

Jacques Auxiette considère que le problème a été mal posé au niveau de l’Etat et que le conseil régional a donc été amené àle gérer. Il souhaite que les parlementaires se mobilisent sur ce sujet et insiste sur la nécessité d’élaborer des règles transparentes et de se doter de quelques outils construits en commun et validés ensemble. Il précise que la région peut agir sur cette question en tant qu’ensemblier et sera attentif aux propositions de la CRESS pour faire élaborer une relation contractuelle en cohérence avec les préoccupations des structures de l’ESS.

Au début, j’étais chagriné par la réponse... Et puis, en y réfléchissant... Certes, il élude dans ces propos la question de « Â la région levier d’un développement  ». En même temps, le dernier mandat prouve que l’actuelle majorité a su trouver le levier. Mais, dans le fond, Auxiette a raison en reposant la question du cap économique àtenir. Cela ne peut passer que par des décisions nationales, l’application et les ajustements se faisant localement. Une vraie et belle politique de développement de l’économie sociale, voilàune belle alternative que le PS pourrait reprendre dans son programme de 2012... Encore faudrait il qu’il soit plus àl’aise sur la question de l’alternative au capitalisme ? [11]

Sur la question de la promotion de l’économie sociale, les candidats sont plutôt unanimes.

Les trois candidats s’accordent sur l’importance de la promotion de l’ESS et sur la nécessité d’y consacrer des moyens suffisants.
Jean-Philippe Magnen propose de populariser les valeurs de l’ESS auprès du grand public en soutenant le Mois de l’ESS ainsi que la diffusion des produits de la finance solidaire et la promotion de la monnaie sociale.

Rien de bien engageant et innovant. Rappelons qu’une SCOP peut fabriquer des savonnettes et être de l’économie sociale [12] et une association peut soutenir la filière nucléaire ou la vente d’armes. Dans tous les cas, je préfère les savonnettes...

En conclusion des candidats...

Jacques Auxiette considère que l’ESS est essentielle au développement économique et social de la région et que la CRESS, par son rôle de rassembleur de l’ensemble des acteurs, est l’un des interlocuteurs privilégiés du Conseil Régional.

Acteur économique et social, voilàqui est pertinent. Et visiblement, la CRESS est l’interlocuteur privilégié. A juste titre.

Christophe Béchu croit en l’ESS comme acteur dynamique du territoire. Ses convictions le mettent en capacité de faire des propositions porteuses pour l’ESS.

Oui. Ne sous estimons pas l’intérêt réel de Christophe Béchu pour l’ESS. Il l’a prouvé plusieurs fois et sait pertinemment de quoi il en retourne. Après, sa vision politique n’est peut être pas la notre, la mienne, la votre.

Jean-Philippe Magnen pense que ses propositions traduisent sa volonté d’associer dès àprésent la CRESS àla création d’une véritable révolution verte dans notre région.

Credo classique, la transition écologique de l’économie, y compris sociale et solidaire.

Tract Association de Jacques Auxiette
Tract Economie Sociale de Jacques Auxiette

Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

[1Stratégique

[2Les 3 anciens conseillers régionaux sortants exclus des Verts entre autres !

[3D’ailleurs le serions nous maintenant ?

[4Et je prends l’innovation aussi bien sur son aspect de production que sur son aspect des pratiques managériales

[5Coopérative, mutuelle, association

[6Merci de prendre en compte ce mot comme àdouble sens « Â hommes  » et « Â femmes  »

[7Merci Patrick Cotrel

[8Essentiellement financière, rappelons le !

[9Même si il existe d’autres dispositifs pour les statuts coopératifs et mutualistes

[10Sans incriminer la CRESS sur une quelconque volonté de …

[11Je ne parle même pas de l’alternative au libéralisme !

[12Par son mode de répartion des pouvoirs et des richesses


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Le blog de Guillaume
Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
En savoir plus »