mercredi, 2 décembre 2020|

3 visiteurs en ce moment

 

"Hostile la nature, hostile..."

Date de publication :
Mots clés :

Il est des moments dans la vie où malgré une stabilité psychologique habituellement stable et forte, le monde extérieur est considéré comme agressif, inquiétant et hostile... "Hostile la nature" comme dirait Patrick Timsit dans son sketch sur"l’île de Koumak"...
Depuis 6 mois, je dérouille dur. Après 6 mois difficiles avec une collègue qui d’une part n’a pas permis de développer une activité cruciale pour nous (et potentiellement rentable) et d’autre part a contesté la moindre décision, le moindre choix, la plus petite réflexion, la plus infime procédure interne, quotidiennement. Elle a failli faire exploser l’équipe en place depuis 2 ans, déjà secouée par une situation économique inquiétante, mais qui n’était pas encore catastrophique.
Ensuite, à partir de début octobre, les faits étaient durs à interpréter différemment que "nous allons dans le mur financièrement". De gros partenariats qui d’externes sont internalisés, un modèle économique toujours aussi dur à trouver, les répercussions de la crise chez nos (quelques) grands comptes... Et une difficulté récurrente à avoir une gouvernance capable et disponible pour se voir, prendre des décisions et éventuellement corriger faute de temps, de proximité et de sentiment d’appropriation du projet malgré tout.
La conséquence a été simple, le 24 octobre 2012, j’ai engagé le licenciement de mes deux collègues, tout en sachant très bien que ce n’était ni la solution pour renverser la vapeur, ni la solution pour repartir. Cette décision aurait du être prise au moins pour l’un des deux, 6 mois auparavant si j’avais été un bon gestionnaire, et surtout, un entrepreneur correct. Sauf que...
Les licenciements se sont "bien" passés sur un plan humain à court terme. Clémentine (2 ans d’ancienneté) et Eléonore (15 mois) se sont montrées lucides et humaines devant un responsable qui était rongé par la culpabilité de ne pas avoir été à la hauteur de la responsabilité qui est d’embaucher. Le débat sur les licenciements dans les journaux prend d’ailleurs depuis une saveur particulière.

Depuis le 15 novembre, je suis donc tout seul là où au quotidien, nous étions 3 à plein temps, voire plus puisque depuis 2 ans, avec les stagiaires et CDD, nous n’étions jamais descendu en dessous de 4 temps plein en continu. Depuis ce jour terrible où j’ai chialé comme une madeleine, où j’ai plié les ordinateurs, où j’ai plié le bureau de Clémentine, je vivote tout seul dans mon grand local qu’on trouvait trop petit avant... Joli paradoxe qui prouve que les ressentis sont spatio-temporels... Le pire a été le 7 janvier quand je suis rentré de vacances : pas de bons vœux, pas de "eh, si on se faisait un resto ?" Et pas de galette des rois !

J’ai eu Clémentine au téléphone pour des soucis d’intendance, elle a participé à un salon qu’elle avait coordonnée...Et puis on s’est dit qu’il ne fallait pas continuer et préférer couper maintenant pour mieux se retrouver (peut être) plus tard. Pour Eléonore, c’est différent. Elle est devenue "comptable bénévole" ! Et je vous promet, chers amis syndiqués et chère Madame Urssaf, que personne ne lui a rien demandé et qu’elle vient si elle veut et quand elle veut [1]. Mais je ne désespère pas de pouvoir la réembaucher si les partenaires en discussion me donnent des réponses positives... On repartirait pour du fragile, mais à la veille de la reconnaissance (non financière) de notre travail par de grands acteurs, j’ai besoin de quelqu’un en qui j’ai confiance.

Vous comprendrez que l’environnement est hostile quand on ne sait pas si le salaire du mois prochain sera possible après paiement des charges...

Alors, depuis 15 jours que je suis rentré, je suis sur un matelas de clous... Les nouvelles sont plutôt bonnes, rien d’alarmant plus que le contexte le veut. 17 000 euros de créances à recevoir, mais cela est habituel, les petits font la banque pour les plus gros... Question de procédure interne...

Mais la nature est hostile... Dès qu’un truc sort de l’ordinaire, je flippe... Le trouillomètre monte en flèche... La tension nerveuse explose... Encore un exemple ce soir... Le président d’une structure avec qui l’on conventionne pour un taf super intéressant m’appelle pour me dire qu’on n’a pas du bien se comprendre et qu’il faudrait modifier des trucs. Ton cordial, gentil comme on voudrait avoir des partenaires comme cela plus souvent, modifications tout à fait acceptables... Bref, rien de méchant... Mais je me cambre, je me dresse, je me rigidifie et je donne une réponse défensive... Je l’ai rappelé 5 mn après pour expliquer que, réflexion faite, ce qu’il me demandait était faisable sans soucis et qu’il avait raison...

Un sms, un mail, un coup de fil et hop, je sursaute en me disant "que va t il me tomber dessus encore ?"... Et pourtant, rien de plus...
Un truc de travers, un truc qui ne va pas, et hop, c’est un cataclysme entraînant démotivation et colère.

Alors, j’ai tapé sur Monsieur Gougle "signe de stress"... Les signes psychosomatiques et ou cognitifs ne me parlent pas trop, mais les signes émotionnels... Assez...

Rires nerveux,bégaiement, irritabilité, accès de colère, hostilité, sentiments dépressifs, sentiments d’irréalité, d’hyperlucidité, pleurs faciles, dénigrement de soi, cauchemars, impatiences, ruminations obsessionnelles, concentration sur des détails mineurs au détriment des choses les plus importantes, intolérance, tendance à critiquer autrui, inattention, difficultés de concentration, difficultés à la prise de décision, tendance à fumer à la chaîne. Sentiment de déprime,sentiment d’ennui, perte de l’estime de soi, manque d’initiative.

Je n’attends que quelques petits signes encourageants me permettant de voir un peu plus loin que la semaine prochaine...

Et je vais aller acheter une boite d’amis...


Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

[1pas de lien de subordination


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Le blog de Guillaume
Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
En savoir plus »