mardi, 20 octobre 2020|

7 visiteurs en ce moment

 

« Aujourd’hui, la France accueille bien plus d’étrangers qu’elle ne peut le faire. »

Date de publication :
Mots clés :
  • Pierre Yves Bulteau

  • Depuis 1994, la France accueille, chaque année et a vec peu de variation, environ 200 000 migrants sur son sol, alors que dans le même temps, 100 000 autres font le chemin inverse, retournant le plus souvent dans leur pays. À peu de chose près et de manière constante, le solde migratoire français est donc de 100 000 personnes par an. Une vétille pour un pays de 66 millions d’habitants. D’autant que si l’on reste sur cette période allant de 1994 à 2012 et que l’on compare la moyenne du taux net de migration en France par rapport à celui des autres pays européens, on se rend compte qu’il est de 0,008 %, soit six fois inférieur à celui de l’Allemagne [0,05 %] et onze fois inférieur à celui de la Norvège [0,09 %]. Si l’on détaille ces chiffres, maintenant, on s’aperçoit que pour l’année 2012, 191 452 titres de séjour ont été délivrés par la France [lire encadré], dont 86 572 pour raisons familiales, 58 000 en direction d’étudiants qui, pour la plupart, rentrent chez eux une fois leur cursus terminé, 18 005 au titre « humanitaire » et 16 379 pour raisons économiques.

    Dans son découpage, cette dernière statistique précise que 3 000 de ces titres de séjour sont accordés à des travailleurs qualifiés contre 13 000 à des travailleurs peu qualifiés. Mais ce n’est qu’une réalité officielle : ces soi-disant entrées de travailleurs non qualifiés sur le territoire national sont en fait des régularisations de travailleurs
    sans-papiers déjà présents en France et ce, depuis de nombreuses années.

    Reconnaître cela publiquement permettrait de couper court au fantasme de l’invasion instrumentalisé par l’extrême droite, de sortir d’une logique de réfutation chiffres contre chiffres, et d’affirmer, enfin, que non seulement l’économie française a besoin de ces travailleurs mais que, plus largement, la France n’est pas seulement un pays d’accueil, mais bien d’hospitalité. Plus vaste que la seule politique de la main tendue, cette notion d’hospitalité est une indispensable condition à la préservation du vivre-ensemble qui doit être opposée à la politique du chiffre. S’appuyant sur l’égalité des droits, la solidarité et l’ouverture au monde, elle doit promouvoir l’établissement d’un nouveau pacte citoyen qui rassemblerait toutes les personnes vivant sur le territoire et ce, quel que soit l’endroit où elles sont nées.


    Les 73 affirmations relatées et contrecarrées dans ce livre ressortent de conversations quotidiennes, trouvent de l’écho chez les salariés, les jeunes et les milieux populaires.
    Dans une France et une Europe traversées par une crise sociale et économique aigüe, l’extrême droite et son parti en France, le Front national, sont de plus en plus compris comme un parti de protestation contre l’iniquité social qui serait capable de réaliser une partie des promesses non tenues par les gouvernements successifs. De plus en plus de citoyens s’interrogent sur ces propositions, certains reprennent, souvent sans le savoir, des idées fausses. D’autres se demandent comment défendre au mieux les valeurs de la République.
    Aujourd’hui, pour faire reculer l’extrême droite, il ne suffit plus de dénoncer ses dérives antirépublicaines, de combattre un clan et un parti politique, tout comme de s’en tenir à la posture de l’antifascisme.
    Il faut s’atteler à combattre les idées fausses qui contaminent insidieusement nos discours, en les contrecarrant une à une.


    Extraits de l’argumentaire du livre "En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite" de Pierre-Yves BULTEAU


    Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

     
    A propos de Le blog de Guillaume
    Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
    En savoir plus »